Les interactions environnementales, inspirent des prises de position.

L’expression Ecce Homo pousse l’artiste à crucifier un arbre pour délivrer un message.

ECCE NATURA, VOICI LA NATURE ET CE QUE L'HOMME EN FAIT. 2008. Histoires d'Eau, Histoire d'Art. Gréoux les Bains.

Attentif aux projets d’intervention dans les lieux de culte, Xavier OTT y achemine l’arbre crucifié. Il trouve sa place dans l’abside et révèle une autre dimension à l’installation.

ECCE NATURA, L'ASCENSION CÉLESTE. 2013. Chapelles d'Art. Millau.

En montrant que la vie de toute œuvre est intrinsèquement lié à son environnement, des arbres morts sont plantés dans un bâtiment voué au développement durable.

LA MORT DES ARBRES. 2006. Ineed. Valence.

Une installation présente une fenêtre qui donne à voir un futur sinistré. Dans une carrière de terres rouges, des arbres calcinés ont été acheminés et photographiés. Des éléments semblent être tombés aux pieds de la photographie.

FENÊTRE SUR UN PROBABLE. 2009. Fondation Carzou. Manosque.

Certains perçoivent le gaz de schiste comme un trésor à exploiter. Dans d’anciens jardins potagers, des poteaux télégraphiques symbolisent un derrick. Une pépite monumentale semble être en cours d’extraction.

ART VS SCHISTES. 2011. Les Jardins de l'Intranquilité. Mirabeau.

Un autre aspect de la souffrance environnementale, pousse l’artiste à intervenir dans un collège.

Lors d’ateliers d’expression, des élèves listent des discriminations puis imaginent quoi voir à la place. Dans le hall, au milieu du collège, un arbre s’implante, il porte l’espoir de la paix et de la liberté d’expression. L’enfant qu’il symbolise porte son monde. De dehors, ce monde semble amical. Vu de l’intérieur, on découvre qu’au collège, la discrimination fait rage. L’arbre-enfant enraciné dans le lieu, porte une cage de souffrances recouverte de peaux de bêtes. Elles symbolisent les huttes des habitats originels et rappellent que la discrimination a toujours été le fléau de l’humanité.

DISCRIMINER OU. 2010. Collège Albert Camus. La Tour d'Aiguës.

Côté intérieur, des verbes discriminants sont lisibles. Face extérieur, des actions positives sont proposés en remplacement.

Au cœur de la structure, se trouve le maître mot : le OU

Rappel qu’on a toujours le choix d’être OU ne pas être discriminé, de discriminer OU de ne pas discriminer.

Au collège au nom de l’écrivain Albert Camus l’installation monumentale fait polémiques.

L’artiste considère que la vie est faite de choix, que tout choix a des conséquences. Il invite chacun à prendre le temps d’observer et écouter chaque points de vue.

RAYONNER VS ECLIPSER. 2010. Vatilieux en Vercors.

Dans le Vercors, une œuvre solaire s’élève sur l’horizon et montre que la liberté rayonne et éclipse tout enfermement.

JAILLISSEMENTS. CHAMP D'IDÉES. 2013. Parc du Futuroscope. Poitiers.

Des champs d’idées sont semés, tels les blés, ils ploient et courent avec les vents.

PRENDRE LA PLUME POUR ÉCRIRE L'HISTOIRE ET ÊTRE L'AUTEUR DE SA VIE. 2008. Festival Grandeur Nature GN8. Parc Naturel du Queyras.

Une œuvre minimaliste interagit avec l’espace le plus vaste.